Les peintures noires de Goya


« Las Pinturas Negras » est une série de quatorze fresques de Francisco de Goya. Peintes à l’huile, ses oeuvres sont une satire de la religion ou les affrontements civils y compris de l’État, coïncident avec l’instabilité que déclencha en Espagne le soulèvement constitutionnel de Fernando Riego. Cette série influencera énormément l’esthétisme et les thèmes abordés dans les toiles de Victor Castillo.

Les peintures noires de Goya

« Las Pinturas Negras » est une série de quatorze fresques de Francisco de Goya. Peintes à l’huile, ses oeuvres sont une satire de la religion ou les affrontements civils y compris de l’État, coïncident avec l’instabilité que déclencha en Espagne le soulèvement constitutionnel de Fernando Riego. Cette série influencera énormément l’esthétisme et les thèmes abordés dans les toiles de Victor Castillo.
John Heartfield face au nazisme


John Heartfield est l’un des premiers à utiliser la technique du photomontage. Artiste notable de la période pré-seconde mondiale, il consacre la plus grande partie de son travail à la création d’affiches dénonçant la montée du nazisme. Plus tard, Victor Castillo détourna le fameux photomontage « Die Letzte Hoffnung der Reichen » (image ci-dessus) dans l’une de ses toiles pour y dénoncer les méfaits de la surconsommation : « Les montages de John Heartfield, symbolisent à merveille la volonté de domination et l’aveuglement politique », déclare-t-il à la revue Étapes.

John Heartfield face au nazisme

John Heartfield est l’un des premiers à utiliser la technique du photomontage. Artiste notable de la période pré-seconde mondiale, il consacre la plus grande partie de son travail à la création d’affiches dénonçant la montée du nazisme. Plus tard, Victor Castillo détourna le fameux photomontage « Die Letzte Hoffnung der Reichen » (image ci-dessus) dans l’une de ses toiles pour y dénoncer les méfaits de la surconsommation : « Les montages de John Heartfield, symbolisent à merveille la volonté de domination et l’aveuglement politique », déclare-t-il à la revue Étapes.
Another brick in the wall



Gerald Scarfe est un dessinateur et caricaturiste anglais. Il collabore dans les années 80 avec le groupe Pink Floyd sur l’artwork de l’album et le film The Wall. L’oeuvre The Wall inspira les travaux Victor Castillo [NDLR : il y fait référence dans quelques-unes de ses toiles à travers de nombreux symboles présents dans le film], aiguisant sa vision critique qu’il a sur le monde.
Aller plus loin : The Wall (le Film) réalisé par Alan Parker http://bit.ly/1l0a71o

Another brick in the wall

Gerald Scarfe est un dessinateur et caricaturiste anglais. Il collabore dans les années 80 avec le groupe Pink Floyd sur l’artwork de l’album et le film The Wall. L’oeuvre The Wall inspira les travaux Victor Castillo [NDLR : il y fait référence dans quelques-unes de ses toiles à travers de nombreux symboles présents dans le film], aiguisant sa vision critique qu’il a sur le monde.

Aller plus loin : The Wall (le Film) réalisé par Alan Parker http://bit.ly/1l0a71o

Le manège de Caro et Jeunet

C’est dans les années 80 que les deux français Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro, décident de réaliser plusieurs courts-métrages d’animation. Parmi eux, Le Manège, un court-métrage d’une dizaine de minutes mettant en scène des marionnettes dans une fête foraine. Un univers mélancolique dont s’est inspiré Victor Castillo dans ses toiles pour y dénoncer subtilement les rouages de notre société.

Aller plus loin : Foutaises, un autre court-métrage de Jean-Pierre Jeunethttp://bit.ly/1nWUCtm

Chronologie lacunaire du skateboard : une journée sans vague



Raphaël Zarka est un sculpteur, photographe et vidéaste français. Attaché à la culture du skateboard, il dresse un historique détaillé de la planche roulette dans son second ouvrage « Chronologie lacunaire du skateboard : d’une journée sans vague« . Près d’un demi-siècle d’anecdotes et de citations offre au lecteur, l’opportunité de découvrir toutes les facettes d’une pratique qui a su s’adapter aux innovations technologiques et culturelles.
Aller plus loin : France Culture – Pas la peine de crier : « Ride or Die. Des roulettes sous la planche » avec Raphaël Zarka présenté par Marie Richeux.http://bit.ly/1aqk2X6

Chronologie lacunaire du skateboard : une journée sans vague

Raphaël Zarka est un sculpteur, photographe et vidéaste français. Attaché à la culture du skateboard, il dresse un historique détaillé de la planche roulette dans son second ouvrage « Chronologie lacunaire du skateboard : d’une journée sans vague« . Près d’un demi-siècle d’anecdotes et de citations offre au lecteur, l’opportunité de découvrir toutes les facettes d’une pratique qui a su s’adapter aux innovations technologiques et culturelles.

Aller plus loin : France Culture – Pas la peine de crier : « Ride or Die. Des roulettes sous la planche » avec Raphaël Zarka présenté par Marie Richeux.http://bit.ly/1aqk2X6

Cons Space 003 Paris

Après Barcelone et Berlin, le CONS SPACE investi pendant une semaine les anciennes Chaudronneries de Montreuil. En partenariat avec le magazine Be Street, Converse organise une soirée exceptionnelle en mélangeant art, musique et skateboard. Pendant que les tails claquent dans la poussière, que les lives enragés de Chill BumpRoxXxan etFlatbush ZOMBIES s’enchaînent et que les membres du Black Bones Clubs’adonnent à une bataille créative sans merci, les murs des anciennes Chaudronneries retrouvent enfin une seconde vie. Une ambiance électrique dans un cadre exceptionnel, où les fumistes, invités pour l’événement, ont pu montrer leur savoir-faire pour le plus grand bonheur des fans de la planche à roulette.

Aller plus loin : Photos Recap Cons Space 003 by Mlle Shu

REcycled for TOmorrow

Il semblerait que le recyclage et la Board Culture soient sensiblement liés. En 2011, le finlandais Björn Holm crée le projet RETO [NDRL : “REcycled for TOmorrow”]. En récupérant des vieilles planches de skate appartenant à ses amis et aux skateshops de sa région, Björn réussit à créer la première 6’4 hollow surfboard entièrement fabriquée à partir d’une centaine de planches de skate.

Aller plus loin : Björn Holm official website

L’hologramme, un procédé morbide

Souvenez-vous, en 2012, à l’occasion de la clôture du festival Coachella, les organisateurs ont fait renaître Tupac de ses cendres par le biais d’un hologramme. Un procédé couteux que le directeur du Music Hall of Fame de Londres, Lee Bennett, n’a pas hésité à faire financer. Ainsi vous pourrez aller voir, fin 2014, les hologrammes de Freddie Mercury, Jimi Hendrix et John Lennon pouvant interagir avec le public et rejouer des morceaux mythiques de leurs discographies. Morbide non ?

Aphex Twin au LED Festival

À l’occasion du LED Festival (London Électronique Festival), l’artiste irlandais Aphex Twin utilise une installation de face-Mapping en plein live. Un procédé innovant permettant de projeter son propre visage sur les personnes du public. Même si le résultat n’est pas tout à fait au point, cette technique pourrait être de plus en plus utilisée pour les concerts.

Aller plus loin : Aphex Twin – Come to Daddy (Official Clip)